Divers Lifestyle

Mon expérience: Je suis une femme Geek

19 septembre 2016
femme geek

Être une femme geek: Mon expérience

Nous ne sommes pas beaucoup à l’être et nous nous efforçons de nous faire une place dans ce monde masculin si fermé alliant web et programmation … Aujourd’hui je vous parle donc de moi, femme geek.

C’est à ma rentrée en Ingémédia que j’ai découvert le monde « geek ». Des écrans, des termes « chiadés » (un petit clin d’oeil pour les termes utilisés au travail lol), « rétrocompact », c’est « responsive », « toto », « comiter » et j’en passe …

Le mot number 1 du geek c’est PEBKAC soit Problem Exists Between Keyboard And Chair : le problème se situe entre le clavier et la chaise. En gros, le maillon faible, le dernier sur l’échelle de survie interweb, c’est l’utilisateur.  Oui j’en ai fait parti et ça m’arrive toujours !

« Cette imprimante de merdeeee ***ùùù*%^$^mM$ bug à mort, impossible d’imprimer quoi que ce soit depuis plus d’une heure !
– Tu as remis du papier ?
– Euh !
 » #awkward

Bref être une fille déjà, ça aide pas, surtout que je suis blonde … Alors non, je vois comment vous imaginez une geek. Je ne suis pas comme ça :

geek

Ni comme ça …

fille geek

Arrêtons les préjugés, je suis tout à fait normal (enfin je crois) …

femme geek

J’aime bien avoir l’air plus jeune mais concrètement, ça ne fait pas de moi une geek 🙂

Quand j’ai voulu passer du Web design à la programmation, on m’a regardé genre « WTF je te vois pas là-dedans et t’y arrivera pas ». D’un côté vu mes études passées, ça semblait un peu HS et du coup les critiques tenaient  la route… Bref pourquoi pas après tout, il faut dire que tout ce qu’on me dit de ne pas faire généralement ben je le fais, et je ne sais pas pourquoi … Un genre de défi, j’adore les défis professionnels donc je fonce 🙂

En cours, le groupe de dev (développeurs) est constitué de 10 mecs et une nana qui fait ça depuis fort longtemps d’ailleurs (bisous Sahar oui je parle de toi dans mon blog ^^). Elle est fait partie du groupe VIP dev, elle est bien intégrée et il faut dire qu’elle est super forte aussi. Alors moi, blonde, HS en étude, Web designer, je n’avais clairement pas ma place à leur yeux. Peu importe, quand je veux faire quelques chose, je m’en donne les moyens et normalement j’y arrive (en temps voulu).

femme geek

J’ai donc commencé à travailler de mon côté et en fin de première année de master, j’ai dû trouver un stage. C’est à DCNS qu’on m’a donné ma chance en tant qu’ingénieur système (heu abusé le poste surtout que j’étais prise pour faire de web design et du graphisme). Mais bon j’étais prête à me donner les moyens de me faire ma place chez eux et de rester l’année prochaine pour mon alternance en master 2. J’ai du coup réalisé mes tâches de graphisme et au fur et à mesure j’ai du mettre le nez dans le code. Des lignes entière de signes bizarres, chiffres et autres caractères créés par des touches qu’on utilise jamais sur un clavier. &*$({[§#£>/ je passe … J’avais l’impression de lire des hiéroglyphes mais il fallait que je comprenne, que je vois comment mon travail graphique, visuel était par la suite intégré.

En parallèle en cours je me faisait charier par rapport à l’intitulé de mon poste et au fait que j’étais bien nul par rapport aux autres là dessus. Peu importe, j’assumais et surtout je savais que se serait long et dur mais que j’y arriverai.  L’année d’après j’ai été reconduite en alternance à DCNS, ce qui m’a permis de rester à mon poste d’ingénieur système et de commencer à faire mes premiers pas en tant que dev front-end (donc principalement de l’intégration) 🙂

Au travail j’ai bien eu du mal à me faire une place et à être prise au sérieux, non pas seulement parce-que j’étais une femme mais aussi parce-que je débutais. Avec le temps, j’ai beaucoup appris et aujourd’hui ( 1an et demie après) je commence à entrer dans le cercle fermé du dev ^^Malheureusement je change de travail sous peu et je vais donc rencontrer une nouvelle équipe. Il va falloir une fois de plus que je me forme et que je me fasse une place. Après être geek c’est pas seulement fair du dev, c’est aussi être au courant de toutes les nouvelles technologies, de jouer à des jeux sur pc ou playstation, xbox, etc… aimer les pokémons, DBZ ou encore les vidéo youtube débiles comme celle-ci   et en rire des jours et des jours…  Bref être une femme geek c’est un peu comme être un garçon manqué aussi 🙂

Le Becko

 

misses wanderlust Justine

You Might Also Like

1 Commentaire

  • Reply GUERIN 19 septembre 2016 at 17 h 58 min

    Beau parcours et belle analyse !!!
    Une femme pas geek (ta mère)

  • Laissez un commentaire

    55 + = 65